ACoW x EN JEU : objectif Mexico 2018

L’ensemble des bénéfices tirés du film PanAmerican Futbol et du livre Un voyage en Ballon seront reversés au Collectif EN JEU, qui se bat pour faire vivre l’équipe de France des sans-abri. Parce que, non, la coupe du monde n’est pas réservée aux privilégiés du ballon.

'cause I'm happyyy

’cause I’m happyyy

C’était il y a 50 ans : l’écusson Olympic Project for Human Rights (Projet Olympique pour les Droits de l’Homme, en VF) faisait son apparition dans l’arène sportive. Porté par de nombreux athlètes aux JO d’été de Mexico, au-delà des célèbres Tommie Smith et John Carlos (poings levés, têtes baissées sur le podium du 200 m, sans oublier l’Australien Peter Norman, 2e de la course, qui l’arborait également), il était le symbole d’une génération exaspérée par la ségrégation et avide de justice raciale, sociale, économique. Un mélange explosif de sport et de politique qui fait encore débat, mais qui sut aussi faire avancer les mentalités pour, finalement, rester gravé dans l’histoire. Preuve en est, la capitale mexicaine fête en 2018 les 50 ans des olympiades de 1968, via un label au design immédiatement reconnaissable. La Homeless World Cup, ou Coupe du Monde des Sans-abri, ou Mundial de Futbol Calle, sera des événements célébrants Mexico 68. Une évidence pour un tournoi qui a toujours utilisé le football pour lutter contre la fatalité. Non sans polémiques, mais avec cette conviction portée en étendard : un ballon peut changer le monde.

Design de hipster

Design de hipster

« L’équipe de France s’inscrit dans un processus d’insertion« 

Mexico 2018, donc. Patrick Mbongue va, avec le Collectif EN JEU, tenter d’emmener une nouvelle équipe de France des sans-abri pour la 16e édition du tournoi qui se tiendra au Zócalo, le cœur historique de Mexico D.F., du 8 au 15 novembre 2018. Mais qui sont ces Bleus-là, et comment faire une liste de joueurs dont la visibilité n’est pas exactement celle des élus de Didier Deschamps ? « La sélection se fait sur deux critères, sportif et social. Concernant le volet social, elle s’adresse à des personnes dépendantes de l’aide sociale à l’hébergement, éclaire Patrick. Ce ne sont ni des gens ayant un toit malgré des difficultés financières, ni des gens complètement hors des circuits sociaux. L’équipe de France s’inscrit dans un processus d’insertion et vient valider une démarche en cours. » Appuyer une volonté par une participation à un projet sportif et collectif exceptionnel, voilà la clef du succès de la HWC : depuis sa création, 77 % des joueurs déclarent avoir vu leur vie changer significativement suite à leur passage dans le tournoi.

C’est qu’au-delà de la compétition et de la formidable opportunité d’ouverture qu’elle offre à des femmes et des hommes qui, trop souvent, souffrent d’un horizon apparemment bouché, la Homeless World Cup constitue le dernier étage d’une fusée qui en compte trois : le tournoi mondial et ses 100 000 spectateurs par édition, les quelques 70 partenaires nationaux qui touchent plus de 80 000 joueurs dans le monde chaque année via, premier étage, des maillages locaux resserrés. Ainsi en France : « deux tournois de détection sont prévus, dont l’un fin juin à Montpellier, indique Patrick. Pour celui-ci, nous aurons une équipe de Pau soutenue par le Pau FC (le même club qui a sauvé sa place en National au détriment du Petit Poucet de la Coupe de France, Les Herbiers, ndlr), une équipe du Secours Populaire de Poitiers, une autre d’un centre d’hébergement de Vesoul, ou encore des équipes de Roubaix et Clermont. » Ensuite, place à la détection : à Morad Gueddari, président du Montpellier Méditerranée Futsal, le choix sur critères sportifs, et à Patrick, travailleur social à l’association Gestare, la validation des aspects sociaux.

Elargir la chaîne, gagner en liberté

Puis vient le temps de la préparation. Quatre rassemblements sont prévus jusqu’à novembre et l’envol pour Mexico. L’occasion d’inscrire les joueurs dans un projet de long terme, avec ses règles et ses passages obligés. L’occasion, aussi, de faire passer des messages, ainsi que l’expliquait Patrick depuis Santiago de Chile, en 2014 : « Le travail de fond, le discours social, c’est en amont qu’il est fait. Puis en rentrant. Ici, on est là pour jouer une compétition. » Au retour, fréquents sont les joueurs qui poursuivent un bout de chemin avec leurs Bleus d’un jour. Entraîneur, accompagnateur, en charge de la communication ou des réseaux, c’est une possibilité de continuer à s’impliquer, de continuer à marcher sur la voie d’une réintégration réussie. Une possibilité de faire vivre ses rêves. Ainsi ces anciens joueurs et joueuses réunis à Lyon en marge de la finale de la Ligue Europa posant autour d’Eric Abidal.

Des stars, et Eric Abidal

Des stars, et Eric Abidal

Mais rien n’est simple. Si tout le monde est bénévole, une telle action représente un coût : 40 000 euros pour deux équipes, masculine et féminine, comme à Oslo en 2017 ; 25 000 euros pour une seule, féminine à Edimbourg en 2016 ou masculine à Mexico en 2018, par exemple. Il faut des partenaires, de la visibilité. Pas toujours évident pour un projet parfois critiqué, de son coût à l’image aléatoire que peut renvoyer le football. Les deux partenaires historiques de l’équipe de France des sans-abri – la Fondation Abbé Pierre et le Crédit Agricole – ne suffisent pas toujours. Une fois c’est l’AS Monaco qui vient donner un coup de pouce, une autre fois Nike. Mais « la France n’est pas sûre d’aller au Mondial » disait Eléonore en 2015, et c’est toujours vrai. Ce n’est qu’au prix d’un véritable combat de la part de tous ses membres que l’équipe peut s’envoler vers de nouveaux horizons. Voilà pourquoi, via le film PanAmerican Futbol et le livre Un voyage en Ballon à paraître, ACoW soutient le Collectif EN JEU. Au Chili, après avoir gracieusement réparé une voiture mal en point, Jorge de Coquimbo disait : « n’oubliez jamais l’aide reçue et transmettez-la dès que vous le pouvez ». Et s’il y a bien une chaîne qui ne mérite pas d’être brisée, c’est celle de la solidarité.

Texte et vidéo Eric Carpentier, photos © Collectif EN JEU

Pour aller plus loin :
https://homelessworldcup.org/
https://collectifenjeu.fr/